Une extension de verre et de bois

Un pavillon de briques des années 30. Philippe Bourillet, un architecte qui en a fait l ’ acquisition. Un résultat : un cube en verre et en bois qui métamorphose une maison au style architectural commun en un modèle de rénovation , primé au Salon du Bois d ’ Angers .

La maison avant la transformation

Sur 64m², le pavillon en meulière et briques dispose d ’ un rez-de-chaussée surélevé. Construit en zone inondable dans les Hauts-de-Seine, ce dernier est entièrement rénover par son nouveau résident, créant ainsi des espaces plus aérés et lumineux . Un nouveau propriétaire qui tente ce qu ’ il n ’ aurait jamais osé faire pour un client : l ’ utilisation des volets compensé s.

Le projet et les travaux

Entièrement rénovée, la maison compte désormais une extension de 16m², pour une surface totale de 144 m². Le travail d ’ architecture intérieure a consisté à apporter plus de luminosité en décloisonnant les espaces de jour.

Trois phases de travaux ont été nécessaires :

  • le décloisonnement du rez- de -chaussée, la suppression du plafond du séjour et la création de fenêtres dans la toiture
  • l ’ aménagement des combles (20 m² habitables)
  • la création de l ’ extension et la transformation du sous-sol en rez- de -jardin.   L’ensemble de la maison est redistribué en demi-niveaux reliés par une double hauteur (4m sous plafond) qui devient le centre de la maison. Cet espace fédérateur est de plain-pied avec le jardin et se prolonge par une terrasse.

Le jeu de lumières

S ’ il y a bien un maître-mot dans cette réalisation, c ’ est la lumière. Habillées entièrement de vitres, les façades jouent sur la transparence et égaillent la maison, tout en offrant une pleine vue sur le jardin. Chaque pièce a été pensée pour laisser entrer le plus de lumière possible. Ses façades entièrement vitrées ménagent de larges vues sur le jardin et laissent pénétrer la lumière jusqu ’ au cœur de la maison. Un système de poulies et de contrepoids permet de soulever les panneaux de façade pour ouvrir entièrement les espaces de vie sur la terrasse.

Le bois, un choix évident

Avec un choix de continuité entre le bâtiment existant et l ’ extension, le bois s ’ est vite imposé comme le matériau indispensable. L ’ ossature de ce cube est composée de madriers en sapin du nord. L ’ extension Ouverte sur le jardin, elle abrite la salle à manger qui se poursuit, sans rupture, dans le bâtiment existant. Destiné e à faire le lien entre le bâtiment et le jardin, l ’ extension est orienté e à la fois au Nord, à l ’ Est et au Sud.

Fiche technique

  • Architecte : Philippe Bourillet
  • Surface maison : 144 m²
  • Surface de l ’ extension : 16 m²
  • Année de construction : 2002
  • Bois utilisés : Ossature composée de madriers en sapin

Pour approfondir, voir les articles de la rédaction sur La technique de l ’ ossature bois, Le bonus COS, Les extensions clés- en -mains, Le guide pour bien choisir son constructeur clés- en -mains, La performance énergétique, et l ’ article sur La surélévation en bois. A voir également, les témoignages « Je me suis lancé » près de chez vous dans la rubriques Témoignages.

Posts created 35

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut